Mardi 23 Septembre 2014 : O' Cadavo Baleira --) Lugo

J9     Très belle journée de marche aux tonalités végétales et minérales qui va m'amener jusqu'aux murailles romaines de LUGO, classées au patrimoine de l'humanité.

      D'églises en sous bois en passant par villes et hameaux, je vais ainsi parcourir  en empruntant chemins et routes de campagne, les  30 kilomètres de l'étape, retrouvant les plaisirs d'une marche solitaire de près de 10 heures.

Chemin vers SOUTO de TORRES_4

murailles romaines LUGO

      Réveillé dès 5 h30 par les premiers levés de la chambrée, il me faudra cependant près de 2 heures et un petit déjeuner pris en 2 temps (débuté à l'albergue je vais en effet compléter ma collation matinale avc JP dans un bar du bourg) avant que je ne débute mon cheminement.

borne 131,636 _ alto de A VAQUERIZA

     Il est ainsi près de 8 h lorsque nous partons, chacun à notre pas, sous une pluie qui semble redoubler au fil des minutes et qui va persister jusqu'à ce (ayant effacé un premier dénivelé -- alto de A VALQUERIZA -- et parcouru un agréable chemin forestier)  j'arrive à VILABADE.

panorama alto de A VAQUERIZA

Chemin vers VILABADE

     L'église Sta Maria (batie au XVe sur les ruines d'un monastère réputé fondé par St Francois d'Assise en 1207) étant ouverte je passe un long moment à la visiter m'attardant en particulier devant une fresque (dégradée) montrant un pèlerin et le retable surmonté d'un St Jacques matamores.

église Sta Maria _A VILABADE NB

Sta Maria A VILABADE madone _2

Sta Maria A VILABADE crucifix

 

 

 

 

 

 

Sta Maria A VILABADE fresque_1

Sta Maria A VILABADE retable jpg

en chemin vers CASTROVERDE_1

en chemin vers CASTROVERDE_3

      Reparti, non sans avoir fait apposer un cachet sur ma crédential, je "grignote" (faisant plusieurs arrêts pour photographier des fleurs) les quelques kilomètres qui me séparent de CASTROVERDE  où je procéde à un "premier ravitaillement" (café con leche avec une généreuse part de gateau type quatre quart : 1 € 20) et dont je repars toute aussi tranquillement sans avoir vu la tour dite de l'Hommage, seul vestige de l'ancien chateau .

CASTROVERDE _ tour de l'Hommage

Chemin vers SOUTO de TORRES_glands      L'heure suivante me fait pénétrer dans ce qui sera la dimension végétale et tellurique de ma journée; je vais en effet gagner Soto de TORRES par une allée forestière verdoyante dont monte une entêtante odeur d'humus et riche de végétaux arrêtant mon regard (champignons, mousses ou glands par exemple). Entré dans ce cheminement vers 10h30 , j'en ressors 1 heure plus tard avec le sentiment d'avoir baigné dans une "mer végétale" (je prends à cet instant pleinement conscience que suis bien en GALICE !).

Chemin vers SOUTO de TORRES_3

Chemin vers SOUTO de TORRES_6

 

Chemin vers SOUTO de TORRES_champignons

 

 

 

 

Chemin vers SOUTO de TORRES_champignon

Chemin vers SOUTO de TORRES_7

Chemin après Souto de TORRES_2

     A cette allée forestière va succéder une petite route de campagne qui, après m'avoir conduit à Souto de  TORRESva se caractériser par une dimension cette fois minérale. Au fil des minutes je m'immerge dans cette ambiance dominée par la pierre (bornage des champs, calvaire, murs de propriétés, ...) et goûte le contraste avec l'atmosphère de l'heure précédente.

Chemin après Souto de TORRES_1

Chemin après Souto de TORRES_4

Chemin après Souto de TORRES_6

 

 

Chemin après Souto de TORRES_7

 

 

 

 

 

 

vers église paroissiale SOUTOMERILLE     Puis, ayant fait le choix de faire un détour pour passer au niveau de l'ancienne église paroissiale de SOUTOMERILLE, je "plonge" de nouveau au coeur du végétal dans une forêt qui fait rapidement écho chez moi à mon imaginaire au sujet de la Forêt de BROCELIANDE et des légendes qui s'y attachent.

vers église paroissiale SOUTOMERILLE_3

vers église paroissiale SOUTOMERILLE_1

 

 

 

 

vers église paroissiale SOUTOMERILLE_4

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

église San Salvador de SOUTOMERILLE_2      Ayant perdu toute notion du temps, je chemine sous cette voûte et arrive brutalement à l'ancienne église San Salvdor de SOUTOMERILLE (rebâtie en 1619 sur les fondations d'un très probable monastère  moyenâgeux fondé en 1122). Cette dernière me semble positionnée dans un puits de lumière au sein de cette forêt peuplée d'ombres.

église San Salvador de SOUTOMERILLE_1

Chemin après église San Salvador de SOUTOMERILLE

paysan avant GONDAR      J'emerge finalement de cette forêt et retrouve le balisage du Chemin puis, peu après, une route bitumée sur laquelle je croise un agriculteur porteur d'outils qui me semblent d'un autre âge et de l'attribut de la plupart des galiciens : un parapluie. Malgré mon absence de maîtrise de la langue, je parviens à dialoguer quelques instants avec ce  dernier, obtenant son accord pour le photographier et une approximation sur le temps qu'il me reste à marcher jusqu'à LUGO (information qui trouve son sens à mes yeux au regard de la faim qui commence à se faire sentir ; vérification faite il est alors un peu moins de 13 h et je n'ai, "captivé" par mon cheminement, procédé à aucun "ravitaillement" depuis mon départ. Mobilisant quelques fruits secs, je m'empresse de remédier à cette omission et relance ma progression).

GONDAR_3       Je vais rapidement rejoindre le bourg de GONDAR ; totalement désert je m'y arrête cependant pour photographier ces petites choses qui font pour moi le plaisir du cheminement (végétaux, croix de granit, ...) ../..

GONDAR_1

GONDAR_2

 

 

 

 

 

 

 

 

GONDAR_4

vers BASCUAS_2../.. puis, après une dernière halte à la sortie du hameau devant un plant de choux et un châtaignier, m'engager sur une morne route (bordée d'eucalyptus) à laquelle succède un nouveau chemin arboré ; cheminement qui je dois l'avouer ne me suscite cette fois aucun enthousiasme, une  sorte de "ras le bol" commençant à me gagner un peu avant le hameau suivant : BASCUAS.

Forêt d'eucalyptus entre O Cadàvo et Lugo 

chèvres faubourg LUGO_1      Je vais ainsi marcher pendant près de deux heures, poussé en avant par la nécessité d'avancer mais sans être dans le plaisir du corps ou de l'esprit ; état dont me sortiront d'abord un troupeau d'ovins rentrant à leur bergerie, puis des poules dans les contrefort de LUGO et enfin des ferronneries de granges.

poules _entrée LUGO_1

ferronnerie entrée LUGO_1

puerta de San Pedro

    Ayant négocié la descente vers la vieille ville je me retrouve finalement à l'albergue municipal situé à immédiatement après  la puerta de San Pedro où une charmante hospitalière m'apprend ... qu'il n'y a plus de lit disponible ! (situation à laquelle je m'étais préparé puisque JP, finalement devant moi, m'avait appelé un peu plus tôt pour me signaler que ne restaient plus que quelques lits inoccupés) .

     Je ressors donc de la vieille ville à la recherche de la pension indiquée par l'hospitalière ;  quête que j'engage avec JP qui a décidé, attention à laquelle je suis très sensible, de ne pas me laisser seul.

      Nous trouvons rapidement l'établissement où la gérante nous propose sans aucune difficulté une chambre.  Installé et mes rituels de fin d'étape réalisés, je pars explorer la vieille ville.

LUGO_plan vieille ville

    Je vais ainsi remonté jusqu'à la Plaza Mayor (entourée de bars) avant de faire une incursion autour puis dans la cathédrale Santa Maria (avec  notamment son tympan du portail nord et son Christ Pantocrator/Christ en gloire) et finalement ressortir de l'enceinte, gagné par la fatigue, par une autres des 10 portes ; la puerta de Santiago (non sans avoir fait une courte promenade sur les ramparts).

LUGO_bureau de poste

LUGO_palais épiscopal

 

LUGO_statues_chartre fondatrice

LUGO_puerta de Santiago

 

LUGO_cathédrale_portail nord_Christ en majesté

cathédrale Santa Maria LUGO_3

cathédrale Santa Maria LUGO_1

cathédrale Santa Maria LUGO_2

cathédrale Santa Maria LUGO_5

 

 

 

 

 

 

LUGO_murailles

Chipirones Fritos con Patatas

croquetas caseras

     La fin de journée va s'écouler tranquillement entre un temps de lecture et le repas du soir  pris dans un bar "couleur locale" en compagnie de JP et du "duo" constitué de O et C .

     Au terme de ce repas, à la diététique toute relative,  mais pris dans une joyeuse atmosphère nous regagnons chacun nos hébergements où je  bascule en quelques secondes dans un profond sommeil que rien n'interrompra jusqu'au chant de mon téléphone portable vers 7 h le lendemain.