Samedi 20 Septembre 2014 : Berducedo --) Grandas de Salime

J6_section 1       Il est près de 9 h lorsque je démarre mon cheminement du jour; j'ai en effet prolongé mon petit déjeuner avec 2 des français du groupe rencontré à CAMPIELLO. Ceux-ci ont fait montre d'une grande chaleur humaine et je débute ma journée enrichi de cette rencontre avec JP (retraité de l'éducation nationale qui se présente comme un "vieillard cacochyme" / il a manifestement déjà cheminé vers SANTIAGO et apparaît être le "leader" du groupe par ailleurs constitué de 2 soeurs, d'une autre sexagénaire et de l'homme dont le comportement m'avait semblé particulièrement en décalage avec les valeurs/pratiques du Chemin) et MP (sexagénaire au chaleureux sourire cheminant avec sa soeur et à laquelle j'ai prodigué hier soir quelques conseils pour traiter une infection péri-unguéale avant de lui recommander de voir ce matin un médecin).

       Ma première heure de marche s'inscrit comme une lente "glissade" du corps (et de l'esprit encore en train de métaboliser ces instants de convivialité) jusqu'à atteindre, en stoppant à plusieurs reprises devant des panoramas ruraux embrumésLa MESA et son église surplombée d'éoliennes.

église _éoliennes La MESA

panneau GR sortie BERDUCEDO_2

vallée embrumée sortie BERDUCEDO

J6_section 2

panneau GR sortie BERDUCEDO     Le Chemin, qui est ce jour balisé en GR, m'offre, dès la sortie du hameau, la première "grimpette" de la journée en suivant une route bitumée longeant des herbages pour finalement atteindre un nouveau champ d'éoliennes.

panorama embrumé sortie La MESA

route après La MESA

champ éolien après La MESA

    

 

 

 

 

vers BUSPOL

     De ce point je rejoins BUSPOL et sa chapelle par une route déclive puis une sente herbeuse, en ayant toujours devant moi la perspective de la vallée embrumée; arrivé j'y fais une nouvelle fois l'expérience d'un état de " détachement " généré par la marche dans ces espaces frappés, à mes yeux, du coin de la simplicité et passe un long moment à regarder le panorama.

panorama embrumé vers BUSPOL

 

 

 

 

 

capilla Sta MARINA BUSPOL

sentier vers BUSPOL

 

panneau embalse de GRANDAS de SALIME

    Le Chemin va dès lors se poursuivre en une longue descente vers l'Embalse de GRANDAS de SALIME et son barrage dont la construction s'est soldée dans les années 50 par l'engloutissement de nombreux villages.

     Je vais ainsi "encaisser" un dénivelé négatif de près de 600 m en 6 kilomètres d'abord par une lande battue par les vents puis à travers une zone de reboisement (conifères) à laquelle succédera brutalement une châtaigneraie.

descente vers l'embalse de Grandas de Salime

      Mais, bien plus que l'engagement physique imposé par ce relief (notamment à mes genoux) , la vraie dimension de ces heures va, en réalité, être cette plongée initialement vers puis, après quelques kilomètres, au coeur de cette brume vers laquelle je marche depuis ce matin et qui me masque toujours la vallée.

 

panorama vers embalse de GRANDAS de SALIME_2

Chemin après BUSPOL

panorama vers embalse de GRANDAS de SALIME_3

 

 

panorama vers embalse de GRANDAS de SALIME_4

vers embalse de GRANDAS de SALIME_entrée zone reboisement

balisage GR vers embalse de GRANDAS de SALIME

vers embalse de GRANDAS de SALIME_zone reboisement_pente  J'aurais finalement effectué l'essentiel de cette descente lorsque la retenue du barrage apparaît au décours d'un lacet du Chemin qui va s'avérer serpenter en surplomb de celle-ci, la contournant  avant de finalement "plonger" vers la route y menant.

Chemin vers embalse de GRANDAS de SALIME_retenue_2

      Je vais ainsi suivre un agréable sentier ombragé à flanc de reliefs (en profitant alternativement des jeux de   réverbérations sur l'eau et d'ombres dans les bruyères bordant celui-ci) pour finalement me retrouver en surplomb de l'impressionnant barrage et achever dans un dernier effort ma descente vers la route y menant.

cheminement vers embalse de GRANDAS de SALIME_1

Chemin vers embalse de GRANDAS de SALIME_bruyèrest

cheminement vers embalse de GRANDAS de SALIME_4

 

 

 

 

 

 

 

cheminement vers embalse de GRANDAS de SALIME_2

cheminement vers embalse de GRANDAS de SALIME_3

barrage GRANDAS de SALIME_2

panneau kilométrique après barrage GRANDAS de SALIME

   Ayant franchir l'ouvrage je m'engage dans une nouvelle ascension devant me conduire au terme de ma journée, issue matérialisée par un panneau kilométrique, par ailleurs annonciateur de la suite de mon périple.

   J'interromps avec soulagement ma marche lorsque se présente enfin à moi le premier bar de la journée (!); j'y suis rapidement rejoins par JP avec lequel je partage cette pause en goûtant à la tranquillité du moment et en prolongeant notre conversation de ce matin.

J6_section 2_dernière section     Nous repartons ensuite chacun à notre pas, au terme d'un de ces échanges qui font à mon sens la richesse du Chemin, pour l'ultime ascension qui doit nous conduire, d'abord par la route puis par un sentier, au terme de notre périple du jour.

vers GRANDAS de SALIME_3

     Engagé dans cette marche sous un soleil devenu intense, mon pas va rapidement devenir plus lourd et ces derniers kilomètres, malgré la beauté du panorama puis la tranquillité du sous bois jusqu'à l'entrée de GRANDAS de SALIME, vont peser lourd dans le bilan de cette journée. C'est donc avec soulagement que j'arrive dans le village, remonte jusqu'à la Collégiale San Salvador puis l'albergue alors que le ciel commence à s'assombrir.

 

vers GRANDAS de SALIME_1

vers GRANDAS de SALIME_2

Collégiale San Salvador_3

caldo gallego     Rapidement installé dans l'un des dortoir de l'albergue déjà pratiquement rempli, je redescends immédiatement dans le centre ville pour partager avec JP l'un de ces pantagruéliques repas dont je fais l'expérience depuis mon départ (roboratif "bouillon" galicien complété d'un aromatique ragoût de mouton, le tout arrosé d'un généreux vin rouge de pays). Je passe un très agréable moment à parler, entre autre, d'enseignement en primaire avec JP, ancien instituteur et enseignant en IUFM, par ailleurs auteur, comme je l'apprendrai ultérieurement, d'un manuel d'apprentissage de la lecture. Je retrouve dans les propos de ce dernier l'engagement que j'avais rencontre chez ces enseignants qui ont jalonné ma scolarité de la maternelle au lycée et qui ont indiscutablement contribué à ma réussite (l'un m'ouvrant l'univers du livre tandis que le second m'initiait aux plaisirs de l'histoire ou qu'un autre m'apprenait à me questionner).

     Rejoins par MP nous prolongeons tranquillement notre repas  autour d'un café et la fin d'après midi s'annonce lorsque je regagne l'albergue pour souscrire au rituel de la douche avant que de gagner un estaminet du bourg pour y lire , non sans avoir auparavant jetté quelques annotations dans mon carnet de marche.

Ana_Paul_Enrique      Redescendu en solitaire prendre mon repas du soir, je suis finalement convié à la table d'un trio d'espagnols croisés un peu plus tôt. Outre le repas je savoure donc un nouveau moment de partage dans l'esprit du Chemin tant Enriquez (dont je ne verrai jamais au cours des jours suivants, le visage éclairé par une autre expression qu'un sourire), Ana et Paul (collègues de travail ayant décidé de marcher ensemble sur le Cheminsont chaleureux et tournés vers l'autre.

     Il est ainsi près de 23h lorsque je m'endors, dans un dortoir "plein comme un oeuf",  au terme de cette journée au cours de laquelle le sentiment de plénitude physique lié à l'engagement imposé par le relief l'a disputé à la profondeur des panoramas / tranquillité des sentiers où à l'humanité des rencontres.