Lundi 15 septembre 2014 : Oviédo --) Venta del Escamplero

Oviédo Escamplero

statue sortie OVIEDO_1     Il est près de 8h30 lorsque j'atteins la périphérie d'Oviédo marquée par une statue de femme allaitant son enfant placée à l'entrée du "parque de camino de Santiago" (statue vue l'année dernière à proximité de la cathédrale où elle faisait alors le pendant d'une statue moderne déclinant le même thème    içi  ).

     Parti une heure plus tôt de mon hôtel, j'avais rejoins de principe l'esplanade de la cathédrale et la borne zéro avant de m'engager dans les rues commerçantes alors désertes pour finalement m'arrêter après quelques minutes dans une cafétéria. Après mon petit déjeuner; j'avais repris un tranquille cheminement urbain en suivant un balisage une nouvelle fois impeccable.

     Les premiers rayons d'un inespéré soleil (les prévisions étaient hier exclusivement à la pluie !) passant à travers les nuages, je me rends compte ... ... que j'ai oublié (au moment du départ de l'hôtel ou en quittant la cafétéria) mon chapeau !!! ... s'en suit pendant quelques instants un sentiment de "détresse" tant l'objet était pour moi attaché à ma découverte du Chemin (trouvé de manière inespérée en 2012 alors que le vent avait jetté au Lot mon couvre chef d'alors, ce dernier avait accompagné mes mois de préparation puis l'ensemble de mon Camino en 2013).

1ere borne sortie OVIEDO

Ayant pris (non sans une vague "aigreur") mon parti de cette perte que j'espére pouvoir compenser demain, je reprends mon  cheminement, quittant ainsi les faubourgs urbanisés de la cité et m'engageant sur des voies à peine bitumées puis finalement sur des chemins aux dénivelés fluctuants longeant des herbages ... Je suis maintenant engagé dans le cheminement espéré depuis mon retour, 5 mois plus tôt !!

 

chemin rural

      Si au cours des 2 premières heures je vais croiser, outre un couple de pèlerins anglophones, un binome de "gueulards" français (auxquels je me garde bien d'adresser la parole, heureux que l'écusson de mon sac soit couvert) et un quatuor de marcheurs espagnols avec lesquels j'ai un bref échange à hauteur d'une chapelle, le reste de  mon cheminement sera solitaire.

panneau kilométrique

  

    Je déroule ainsi sans hâte ma matinée par des chemins agricoles et routes rurales à l'intêret variable mais répondant à mes aspirations de calme et simplicité et m'offrant l'opportunité d'arrêts successifs devant un panorama, un horréo ou un panneau indicateur (aux indications sans doute erronées !).

 

 

panorama rural sortie Oviédo_1

panorama rural sortie Oviédo_2

horreo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sous bois avant ESCAMPLERO

    

 

 

     Il est 11h30 lorsque j'atteins, par un chemin ombragé de sous bois (dont la dernière section est marquée d'un dénivelé notable)ESCAMPLERO, terme de la courte étape que je me suis fixé aujourd'hui.

    M'étant rendu au bar détenteur de la clé de l'albergue, j'y prend une collation avant que de rejoindre mon hébergement. Cette halte me donne l'occasion de parler avec une jeune pèlerine anglophone, partie d'IRUN, avec laquelle je partage (devant l'étonnement suscité par ma décision de ne pas poursuivre ma marche ce jour) mon programme de fin de journée et la valeur que j'accorde à ce rythme en rupture avec le cadencement de mon "autre vie" ; Cette dernière semble entendre ce point de vue sans en percevoir le sens (est ce sa jeunesse qui l'empêche de concevoir que l'on puisse ainsi appréhender le Chemin ou bien était elle comme "accros" aux longues marches après son expérience des dernières semaines ?).

albergue ESCAMPLERO

    Après m'etre installé à l'albergue, situé à la sortie du village, puis être ressortis pour faire quelques courses dans une micro-épicerie de dépannage, je déroule tranquillement mes rituels de fin d'étape.

 

borne ESCAMPLERO albergue x camino

     Installé "léthargique" face au panorama, je me laisse finalement aller à un premier bilan de ma journée dont il ressort d'une part que au plan physique je n'ai pas encore retrouvé toutes mes aptitudes (les jambes sont un peu lourdes) et d'autre part que, par contre,  j'ai parfaitement réalisé  mon "lâcher prise". Demain s'annonce comme une journée de "dérive" au gré des événements, mes pas pouvant me porter à San JUAN de VILLAPANADA (18 Km) ou bien encore CABRUNANA (+3 Km) voire CORNELLANA (soit alors une ballade de près de 26 Km).

panorama devant albergue ESCAMPLERO

      Pour l'heure, alors que le soleil est au zénith, je me laisse glisser dans une douce somnolence ; état que vient interrompre l'arrivée d'une pèlerine française. Souriante et dynamique, celle-ci habite dans le sud et a parcouru le Chemin du Nord en empruntant auparavant une partie du Chemin d'Arles puis le Chemin du Piemont et rejoindre Saint-Jean de Luz.

cartographie voies Piemonts et Arles

     Cette dernière sera suivie de l'arrivée échelonnée d'autres pèlerins (dont un binome frère et soeur germanophones et des espagnols qui s'avéreront, malgré mes craintes, peu exubérants et respectueux des autres). L'albergue est ainsi, à ma grande surprise et avec une pointe de regret, complet à 16h (phénomène, je le comprends finalement, lié aux flux conjugués de pèlerins arrivés tardivement ce matin à Oviédo avec d'autres venant du Chemin du Nord ayant fait de choix de ne pas s'y arrêter).

      Ma fin d'après midi  passe malgré tout dans un relatif calme (entre lecture et une nouveau déplacement au bar qui commence à s'animer et s'achève dès 19h par une frugale collation dans l'albergue transitoirement déserte, mes compagnons ayant à leur tour rejoint le bar restaurant pour le dîner.

      Il est ainsi environ 20h lorsque je rejoins mon lit et que s'achève cette première journée dont le bilan me semble très positif  puisque le corps est finalement au rendez-vous (disparition rapide de la lourdeur des mollets avec l'hydratation) tandis que les paysages peri-urbains puis ruraux (premiers horreos, campagne vallonnée et ses attributs tel que une meule ou un panneau signalétique) , sans me susciter un sentiment d'émerveillement, ont accompagné très agréablement mon entrée sur cette voie et ont tenu les promesses de mon imaginaire.

meule traditionnelle

 

vers Escamplero_descente dangereuse

 

vers Escamplero_spectacle rural