Vendredi 27 avril 2012 : Le Sauvage – Aumont Aubrac

 Cette étape constitue mon second challenge physique du parcours [27 Km] d’autant qu’elle est moins « plate » que ne me l’avait donné à penser le guide Michelin* prêté  hier soir par ma voisine de dortoir.

cartographie J4

 

    Après avoir quitté la Haute-Loire hier, je poursuis donc mon chemin en Lozère continuant à parcourir les reliefs et paysages de  la Margeride et à traverser l'ancienne province du Gévaudan [et sa bêtequi correspond globalement à la Lozère complétée du canton de Saugues [et son musée de la bête fermé aux visites individuelles lors de mon passage] et à l'entrée de laquelle se trouve en théorie une sculpture que je dois le confesser, je n'ai pas vu [?!].

entrée Saugues_bête Gevaudan

43-haute-loire

 

48-lozere    

     Ceux-ci sont toujours aussi bucoliques ou forestiers et compte tenu du temps, les parcourir est un réel plaisir malgré les dénivelés.

     Après une excellente nuit, je me réveille spontanément vers 6h et me lève peu après. Malgré mon anticipation de la veille au soir et toutes mes précautions,  je ne parviens pas à m'eclipser sans réveiller mes voisins de chambrée [sic] ; ceux-ci sont malgré tout demeurés charmants. Finalement, le temps de ranger mon paquetage et de m'harnacher [Les guêtres me donnent toujours un peu de soucis]  je me présente au petit déjeuner plus tard que je ne l'avais initialement prévu [ne parvenant encore pas à rompre totalement avec mes habitudes de planifier / anticiper !!].

     Je quitte finalement le Domaine du Sauvage vers 8h alors que des brumes montent des paturages [concentré sur mes sensations, j'en oubli de sortir mon appareil] . Après quelques kilomètres je rejoins un autre marcheur solitaire juste avant de voir traverser quelques mètres plus loin, sur le sentier forestier qui s'amorce, un chevreuil puis un renard [instants d'arrêt marqués d'emerveillement] .

     Cette section du parcours est aussi malheureusement également marqué de traces d' "immondes porcs" qui ont abandonné, entre autres ordures, des bidons d'huiles, qui souillent le sol et me suscite un instant d'incomprehension.

     Ma progression abouti après quelques kilomètres à l'oratoire de la fontaine St ROCH puis à la chapelle  proprement dite.

4_chapelle St Roch_1

     Mon chemin m'amene ensuite à proximité des premières vaches de l'Aubrac [la plupart semblent être encore dans les fermes en raison des récentes chutes de neige] .

10_bovins

     Je chemine ainsi de sections champêtres en zones plus boisées et arrive  à St Alban sur Limagnole, où après avoir observer les bâtiments de l'hopital psychiatrique intégrant du grès rouge [comme le château] je me rends à la poste décidé à alléger mon sac.

Saint-Alban-sur-Limagnole_-_Château_-_Cour

Saint-Alban-sur-Limagnole_-_Château_-_Cour_porte

      Je me sépare ainsi de près de 2 Kg [cartes IGN totalement inutile au regard de la qualité du marquage - chemisette initialement destinée au repas du soir/coquetterie sans objet - serviette de toilette une seule étant bien suffisante - livre terminé - polochon compressible / dotation sans objet au regard de la dotation des haltes - articles de toilette en surnombre]. Une sympathique préposée me propose en souriant, un COLISSIMO* lorsque je lui explique ma problématique [13euros + 3 euros pour l'assurance supplémentaire au regard de la valeur de la cartographie].

     Je me rends ensuite à l'Eglise [intégrant également ces pierres en grès] avec son clocher mur surmonté d'un clocheton que je visite [grès rouge omniprésent - chemin de croix d'une grande sobriété - christ en croix "atypique"] avant de me rendre, juste avant 12h, comme le propose un panneau, faire valider ma créanciale [en sus du cachet que je dois faire apposer ce soir] dans une maison proche.

15_St Alban sur Limagnole_porche église

13_St Alban sur Limagnole_clocher

 

17_St Alban sur Limagnole_christ en croix

     La providence devait veiller sur moi aujourd'hui, en effet, outre le fait que à 2 reprises avant d'arriver en ce lieu, des habitants m'ont remis sur la bonne route, je constate alors que j'ai inclus le précieux document [témoignage de ma progression]  dans mon Colissimo [!!] ; je retourne en courant [sac au dos jetté sur l'épaule, canne de marche en avant et chapeau retenu de l'autre main] à la poste; providence toujours, alors que les premiers coup de midi sonnent, la préposée , en discussion avec une habitante, n'a pas encore fermé la porte [si c'est possible !]. Je récupère ainsi mon colis dont la colle n'est pas encore sèche  puis le dit document [ouf !].

     Ayant pu finalement faire estampiller ma créanciale, je me rends d'un pas gaillard à la boulangerie puis à la charcuterie où j'achète des produits locaux qui me mettent d'emblée l'eau à la bouche. Je quitte rapidement le village et m'arrête quelques mètres plus loin à l'entrèe du chemin forestier qui redémarre après les dernières maisons.

          crèanciale_St Alban sur Limagnole                         21_repas du pèlerin

 

     Je suis rapidement rejoint par un groupe de 6 cinquantenaires [3 couples] déjà croisés à mes précedents hébergements. Ils doivent également être à la Ferme du Barri ce soir, après quoi nos destinations journalières seront différentes jusqu'à Conques/Centre d'accueil St Foix. L'ambiance de ce repas est très cordiale et nous échangeons sur le parcours déjà effectué ou à venir et nos motivations à cheminer en groupe pour eux et seul pour moi; j'apprends ainsi que ce sont pour 5 d'entre eux des retaités [éducation nationale ?] tandis que la dernière est encore en activité [laquelle ?].

     Je repars après cet arrêt pour gagner Aumont Aubrac d'un pas sénatorial favorisé d'abord par la digestion de mes charcuterie puis par le tempo induit par l'environnement de ma marche [calvaire, paysage, animaux, ...] .

25_cloture _oiseau                                          26_en direction Aumont Aubrac_cabane

      Après avoir un arrêt dans le bourg des Estrets [son église et ses sculptures au bord du chemin] et un temps de contemplation en pleine forêt, j'arrive finalement au terme de mon étape que je qualifie d'emblée comme un moment de parfaite plénitude [aucune gêne physique - instants itératifs de plénitude face/dans une nature sans cesse renouvelée - ...]

28_Les Estrets_sculpture ours                                                   29_payasage avant Aumont Aubrac

 

                Après avoir déposé mais affaires à la halte ["ferme du Barri"] je file d'emblée [avant de tomber en léthargie] dans le village pour quelques courses et la visite , notamment de l'église. 

Aumont Aubrac_bête Gevaudan_fontaine

33_église Aumont Aubrac_vitrail 2

34_église St étienne Aumont Aubrac_croix mur exterieur      

   

    Le repas arrive rapidement après  un bref repos dans la chambrée collective de  7 au confort épuré [mais bien suffisant au marcheur peu à peu gagné par la fatigue de l'étape]. Il est comme les jours précédents emprunt d'une convivialité/proximité entre marcheurs.

     Je dine ainsi à la table d'un couple [membre d'un club de marche en région parisienne ayant l'expérience de multiples parcours ] et d'un trio débutant içi le Chemin de St Guilhem le Desert  et manifestement extrêmement aguérris.

carte-sentier-Saint-Guilhem-le-Desert

     Auditeur attentif de leurs échanges, j'en retiens que marcher avec un groupe peut être une "belle galère" et que, a priori, je suis, maintenant assez "affûté" pour la Corse [hors GR 20]. [belle perspective !]

    Le repas est encore une fois roboratif avec en particulier l'Aligot qui fait la réputation de l'endroit accompagné d'agneau au romarin [moment d'intense plaisir tant la saveur en est exceptionnelle !!].

     La journée s'achève dans l'ambiance reposante des activités préparatoires du lendemain et des compagnons de chambrée qui s'endorment l'un après l'autre; resté seul éveillé je bouquine un petit peu avant que de me lancer dans une introspection dont je retiens la nécessité de reconsidérer ma manière d'être au quotidien dans mon boulot [de responsable notamment] et un désir croissant d'effectuer le chemin dans son intégralité en une unique séquence [en n'anticipant les hébergements que de 48 h afin de me donner le maximum de liberté pour suivre mon pas] -- vaste programme --.

pèlerins d'antan

 

"Toi qui chemine en Gévaudan, garde une pensée pour ceux qui t'ont précédés. N'oublie pas les pèlerins des temps anciens craignant suivant l'instant les brigands, la nature hostile ou bien la bête mortelle.

Toi qui met tes pas dans les leurs, garde présent dans ta mémoire l'esprit qui les poussait alors en ces  contrées. Sache regarder ces lieux et tes rencontres à travers le prisme de ces temps là".

photos / diaporama de l'étape